CAR Response Blog

Humanitarian Communications

News You Can Use

  • Since 2013 the International Organization for Migration (IOM) has assisted its member state the Central African Republic (CAR) to track displacement dynamics through its Displacement Tracking Matrix (DTM). This is a system to track and monitor the displacement and population mobility. It is designed to regularly and systematically capture, process and disseminate information to provide a better understanding of the movements and evolving needs of displaced populations1 and other vulnerable people. DTM in CAR is conducted by IOM in close collaboration with the CCCM (Camp Coordination and Camp Management) cluster, the Population Movement Commission (CMP) and other local partners. One of the outcomes of the DTM is regular surveys on return intentions of displaced population.
    After the violent incidents of 26 September 2015, a new wave or displacement was observed in CAR including Bangui in both host families and spontaneous IDP (internally displaced people) sites. The here presented survey on return intentions captures IDPs in host families for the first time in line with the strategic response plan of the humanitarian community in CAR following the September events.

  • Depuis décembre 2013, l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) en République Centrafricaine (RCA) met en oeuvre l’outil de suivi des Mouvements de Personnes Déplacées Internes (PDI) en utilisant la Matrice de Suivi de Déplacement, connu sous l’acronyme DTM (Displacement Tracking Matrix), en étroite collaboration avec le CCCM Cluster, la Commission des Mouvements de Populations (CMP) et les autres partenaires humanitaires.

  • Journée internationale de l’humanitaire, un après-midi, soleil de plomb, à quelques mètres de la piste d’atterrissage. Un groupe d’ « humanitaires » se dirige vers le camp des déplacés de M’poko. En arrière-plan l’on voit des avions, Air France, Nations Unies, et l’on pense un instant à notre retour de mission. Que d’anecdotes à raconter! Un interprète rejoint le groupe, et le prévient. Il prévient que certains déplacés sont parfois en colère, que l’accueil sera peut-être différent de celui que l’on reçoit habituellement. Le groupe, c’est en fait trois jeunes femmes. Elles entrent le camp, entouré d’aucune barrière ni mur. Il ressemble à un vaste terrain vague, d’où surgissent des bâches, des tentes et des enfants, qui courent et qui s’arrêtent brusquement à la vue des cheveux roux de l’une des trois passantes. Les voilà arrivées à une tente, après un dédale dont le fil rouge est l’interprète. Six hommes et deux femmes sont assis. Ils sourient à la vue des étrangères mais aucun ne se lève pour les accueillir. Puis le regard de l’une descend vers la chaise sur laquelle est assis l’un d’entre eux. Des roues, une manivelle, et des yeux aussi grands que ses attentes. Apparaissent des béquilles, des membres atrophiés, des dos cassés, des vies rompues. L’un d’entre eux tient une guitare, l’autre des bâtons en métal. Le sourire du guitariste fait démarrer la chanson et une voix s’élève: « A tous les humanitaires, bon anniversaire ! »

    Par Florence Kim

    Traduit en Anglais par Susan Rodriguez

  • Immédiatement après la crise qui a frappé la République Centrafricaine, certains quartiers de la capitale sont demeurés désertés le temps que les esprits s’apaisent, que les rancœurs s’atténuent. L’heure était venue de revivre, ensemble, chez soi, avec l’Autre. Un besoin intense de main d’œuvre s’est fait sentir afin de rebâtir, de nettoyer le quartier, et de tourner la page. L’action « Cash for work » débutée il y a un peu plus d’un an, a servi à soutenir le relèvement immédiat des communautés affectées par le conflit, et a notamment permis d’encourager la revitalisation de l’économie locale, faciliter le début d’une activité génératrice de revenus pour les ménages dits vulnérables et intensifier le dialogue entre les différents membres de la communauté.

    Rencontre avec les acteurs de leur vie.

    Par Florence Kim

    Traduit en Anglais par Susan Rodriguez

  • Since 15 July IOM has been supporting local artists in the Central African Republic (CAR) to kick off a campaign called “Peace Comes from You”. The campaign was rolled out in the conflict-affected 5th District of the capital Bangui and is part of IOM’s European Union-funded Community Stabilization Programme’s social cohesion activities.

  • In June, IOM completed 14 infrastructure rehabilitation projects in eight locations across CAR (Bouar, Carnot, Sibut, Kaga Bandora, Ndélé, Kabo, Ngoumbélé, and Bria) including classrooms, bridges, a butchery, and local government premises.

  • In late April 2015, Kabo and Moyenne Sido in northern CAR experienced heavy rainstorms that damaged several hundred IDP households.

  • On Labor Day (1 May 2015), IOM supported social cohesion activities in Kabo, CAR that brought together several hundred community members.

  • IOM’s EU-funded Community Stabilization Project supported a week-long theatre campaign in Bangui, organized in coordination with the Alliance Française Bangui. The campaign brought Malian theatre troupe Blonda to Bangui to perform Ala tè sunongo (God Does Not Sleep), an original play written by Jean-Louis Sagot-Duvaroux.

Pages